annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 
Contributeur confirmé
  • 554 Mentions J'aime
  • 3 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées
Statut : Non prévue

Faire régler un certain montant au moment de la réservation du rdv pour éviter les lapins

Bonjour,

 

Les rendez vous non honorés me font perdre (entre ma collaboratrice et moi ) près de 20 000€ annuellement!

Ras le bol!

Les personnes concernées après blocage en indésirable s'en fichent voir même prennent un autre Rv avec une autre adresse mail.

Ma suggestion: à la prise de rendez vous, faire régler ne serait ce que 10€ par carte bleu qui seront déduits après le soin.

Bonne journée

Prenez soin de vous

Mise à jour du statut

Bonjour,

 

Merci pour vos idées. Nous sommes très sensibilisés au problème des rendez-vous non honorés car nous comprenons à quel point ils sont pénalisants pour vous, mais aussi pour les patients qui auraient voulu être soignés plus rapidement et qui n'ont pas pu bénéficier du créneau.

 

De fait, lutter contre les rendez-vous non honorés est une de priorités, et vous avez pu récemment voir des nouveautés en ce sens, dont le nouveau système de blocage des patients abusifs. Nous avons encore plusieurs nouveautés à venir prochainement pour adresser ce problème, nous vous tiendrons informés.

 

En revanche, faire régler un montant avant le rendez-vous n'est pas prévu à ce stade car cela pose des questions légales, et risque aussi de dissuader des patients de prendre rendez-vous (qui ne souhaitent pas régler par carte bleue, par exemple).

 

A bientôt,

Bonne journée,

Léo

 

 

177 Commentaires
Contributeur confirmé
  • 10 Mentions J'aime
  • 9 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Le contexte sanitaire n'est pas facile, même les praticiens installés souffrent et voient la fréquentation chuter.
Qui plus est il est indispensable de bien rédiger sa fiche, de bien expliquer qui on est et ce qu'on fait.

sans cela impossible de se démarquer des autres... 

Contributeur
  • 5 Mentions J'aime
  • 2 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Serait il possible de valider un pré paiement de 10 ou 15€ lors de la prise de rdv des patients afin d'éviter que le fait de ne pas honorer son rdv sans prévenir ne soit plus gratuit. Peut etre cela contribuera t il a diminuer les habitués de ce genre d'attitudes. Le blocage semble totalement inefficace.

Community Manager Community Manager
Community Manager
  • 279 Mentions J'aime
  • 152 Réponses
  • 5 Solutions Acceptées

Bonjour @LaurentXavier,

Merci pour votre idée, je me suis permise de la fusionner avec celle déjà existante. Nous avons déjà répondu à cette demande, pour le moment faire régler un montant avant le rendez-vous n'est pas prévu à ce stade car cela pose des questions légales, et risque aussi de dissuader des patients de prendre rendez-vous (qui ne souhaitent pas régler par carte bleue, par exemple). Cependant, nous travaillons sur d'autres fonctionnalités qui permettraient de réduire le nombre de rendez-vous non honorés.

 

Bonne journée,

Salomé

Contributeur reconnu
  • 30 Mentions J'aime
  • 32 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Bonsoir, Chère Salomé,

 

Voici quelques commentaires, après vous avoir lue,  sur ce point crucial que représente le  pré-paiement des consultations :

 

-  Les patients qui s'inscrivent pour une téléconsultation doivent dès à présent réaliser une empreinte bancaire, et cela ne semble pas trop les dissuader de venir sur Doctolib, si les chiffres ne mentent pas ; il est vrai qu’une téléconsultation non entamée ne leur sera malheureusement pas facturée en cas de faux-bond…

-  Par ailleurs, ceux qui ne peuvent pas, ne savent pas, ou ne veulent pas utiliser une carte bancaire, et ce sont essentiellement des personnes âgées, ne vont guère sur Doctolib et passent principalement par un secrétariat téléphonique.

-  Question légalité, il est d'usage, par exemple pour réserver un hôtel, de bloquer une somme d'arrhes lors d'une réservation, avec clause de remboursement total en cas d'annulation n’intervenant pas en toute dernière minute, mais retenue dans le cas contraire ; idem chez le pharmacien, quand vous commandez des médicaments non disponibles immédiatement.

 

Pouvez-vous donc nous expliquer très précisément sur quels arguments ou dispositions juridiques vous vous fondez, pour conclure qu'une telle pratique serait non conforme au cadre légal ?

 

D'autant qu'une telle mesure aurait le mérite de favoriser la possibilité de consultation pour davantage de patients, en libérant des crénaux inutilisables car décommandés en dernière minute ou non honorés, en ces temps où les pouvoirs publics prônent le maintien du lien médical malgré la pandémie.

 

 Ainsi, loin de pénaliser les patients, cette modalité les RESPONSABILISERAIT..., et les amènerait à se poser quelques questions de bon sens : ai-je vraiment besoin de consulter un médecin, pour tel ou tel symptôme passager ou bénin ? Et quelle confiance pourrais-je accorder à un médecin, ou aux médecins en général, si je les considère tellement peu que je puisse leur poser un lapin sans la moindre arrière pensée ?

 

On retrouve d'ailleurs là quelque similitude avec la problématique des tests du Sars-Cov-2 :  vaut-il mieux tester à tout-va, quitte à valider de fait les comportements irresponsables et à déborder en outre les laboratoires et autres officines, ou réserver au contraire ces tests aux patients symptomatiques et qui en ont un réel besoin, laissant tout-un-chacun  face à ses responsabilités en l'incitant à respecter les gestes barrière ?

 

 Et en ces temps où seul l'argent semble dicter la valeur des choses, et par ailleurs dans notre système de santé très largement subventionné par l'Etat et dans lequel l'acte médical est relativement peu onéreux – et ce tout particulièrement s’agissant d’une consultation chez un médecin généraliste français, probablement le moins bien rémunéré d'Europe - l'acte médical apparaît alors aux yeux de beaucoup quantité négligeable, car bon marché, et il devient donc naturel de le réserver sur un coup de tête, puis de l'annuler bientôt sans vergogne...

 

Dans le même ordre d'idée, des patients me demandent assez souvent en fin de consultation, avec le plus grand sérieux et après que je leur aie rendu leur carte vitale : "Je vous dois quelque chose, Docteur ?", comme si cela n'allait vraiment pas de soi, ou croyant peut-être un peu trop naïvement que l’utilisation de cette carte vitale magique dispenserait automatiquement de régler son médecin...

 

Et ce même patient, qui râle parfois pour les pauvres 25 euros que je lui demande, n’ayant pas accepté cette fois-ci de réaliser un « tiers payant », ou tel autre qui me dit être chef d’entreprise mais bénéficie toutefois de la CMU, paiera sans sourciller « 100 balles » au technicien de telle enseigne bien connue qui lui aura revissé un malheureux boulon de sa cuisinière flambant neuf, forfait de déplacement non compris, et « 300 balles » (mensuels, s’entend, et en tant que fumeur confirmé tout de même !) au buraliste du quartier, pour son paquet quotidien de clopes qui le conduira fatalement un jour ou l’autre au cabinet parce que, "Docteur, je trouve que je tousse un peu trop souvent, ces derniers temps, il faut absolument que vous me remettiez sur pieds et sans tarder..."

 

Ainsi, chère « Community Manager », je prescrirais volontiers un séjour de tourisme sanitaire outre-Atlantique à tous nos patients indélicats et/ou critiques, afin qu'ils se rendent compte, à titre de comparaison, ce qu’il en coûte d’être soigné aux pays des cowboys - pays qu’ils idéalisent par ailleurs jusqu’à en singer tant de termes et de coutumes commerciales, Black-Friday oblige - et quelle chance ils ont, mes compatriotes, dans ce domaine tout du moins, de pouvoir encore se faire soigner à bon prix dans notre Hexagone décrié.

 

Merci, donc, DOCTOLIB, de redonner de la valeur symbolique à nos actes médicaux aux yeux de nos patients - qui ne vont pas pour autant bouder votre site, il est bien trop pratique -, et du pouvoir d’achat aux médecins qui, soit dit en passant, sont quand même un peu vos financeurs !

 

Et merci encore à votre équipe pour tout ce beau travail, qu'il convient de poursuivre !

 

Bien à vous,

 

Dr Gérard Laurens

Expert
  • 106 Mentions J'aime
  • 93 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Bonjour @glspkmd 

Merci pour votre témoignage à la hauteur de la crise que vivent les soignants et les aidants. 

Libre à chacun d'arrêter de financer un service qui ne donne pas satisfaction en effet.

Contributeur reconnu
  • 30 Mentions J'aime
  • 32 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Merci pour votre appréciation, il est vrai que j'aurais évidemment dû parler au nom de tous les soignants,  qui font face au même problème, au lieu de me cantonner un peu égoïstement à mon point de vue de médecin libéral.

Contributeur confirmé
  • 40 Mentions J'aime
  • 9 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

@glspkmd merci pour ce retour riche et pertinent!

@Salomé_Renaud Pour la petite histoire, j'ai sollicité une coiffeuse à domicile. Elle me demande 30% d'acompte pour bloquer la prise de rdv car elle est usée de faire face à des annulations de dernière minute qui à terme lui font perdre beaucoup d'argent (tiens, ça me rappelle quelqu'un...). Je me suis bien évidemment exécutée !

Je m'interroge donc, pourquoi moi psychologue clinicienne ne pourrais-je donc pas proposer de la même façon un acompte au moment de la prise de rdv de mes patients? Sur quelle base légale précise vous appuyez vous pour nous dire que cela est interdit?

Dans l'attente de voter retour,