annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 
Pocahontas
Pionniers Doctolib
Pionniers Doctolib
  • 262 Mentions J'aime
  • 33 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées
Statut : Nouvelle idée

Empecher les patients bloqués de déplacer leur rdv

Bonjour l'équipe Docto,

 Serait-il possible de pouvoir bloquer les patients sur la prise de RDV mais aussi sur la possibilité de déplacement de ce ces mêmes RDV.

Généralement les patients bloqués sur la prise de RDV ( nombreux lapins, non respect des motifs de consultations ,etc ....) sont aussi ceux qui s'amusent une fois le RDV pris par téléphone avec une de nos secrétaires, à les déplacer à outrance, sur des jours ou des horaires qui ne conviennent pas du tout à notre planning.

J'aimerais donc que ces patients n'est plus la possibilité de déplacer leur RDV à leur convenance, afin qu'il respecte le jour et l'horaire imposé lors de la prise de RDV téléphonique.

 

Merci pour votre retour.

1 Commentaire
SL
Pionniers Doctolib
Pionniers Doctolib
  • 12 Mentions J'aime
  • 9 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

Bonjour, 

Tout à fait d'accord avec ces remarques. De fait, ce type de comportement est spécifique de la réservation en ligne. A la description qui a été faite, il faut ajouter la situation des patients qui téléphonent très peu de temps avant l'horaire prévu pour annuler leur rendez-vous sous les prétextes les plus vagues quand le temps est passé de le faire en ligne. Dans l'état actuel de l'agenda, même si l'on bloque la prise de rendez-vous, le déplacement pour un nouveau rendez-vous reste néanmoins possible. Sur le plan clinique, il s'agit de personnes phobiques dont l'anxiété s'accroit quand s'approche le moment de la rencontre avec le médecin. Elles pensent que la semaine suivante ce sera plus facile mais l'anxiété revient identique, d'où la tendance à la répétition. Dans l'ancien monde, cette attitude était moins répandue car, pour annuler, il fallait nécessairement prendre contact directement avec le cabinet médical, ce qui était encore moins facile psychologiquement que de venir au rendez-vous. Pour ma part, deux mesures devraient limiter ces conduites d'évitement, pratiques non exceptionnelles et particulièrement dommageables. Tout d'abord, après la première prise de rendez-vous, le patient ne connait pas encore le praticien vers lequel il s'est tourné. Cette incertitude peut accroitre son inquiétude. Le médecin, en adressant un message d'accueil personnalisé au patient en accompagnement de la confirmation du rendez-vous, rassure len cessant d'être d'abstrait. De plus, en commençant à exister dans l'esprit du patient, le recours au déplacement ou à l'annulation devient plus malaisé car il est plus facile de léser un inconnu qu'une personne avec laquelle une relation personnelle existe, quand bien même elle serait à peine ébauchée. En ce qui concerne le serveur, un amélioration sensible consisterait à limiter le nombre de déplacement de rendez-vous possibles automatiquement (par exemple, pas plus d'un). Au delà, il faudrait que le patient s'adresse directement au cabinet médical. Cette modification ne va pas à l'encontre des intérêts du serveur. Bien sûr, la plate-forme attire car, contrairement aux modes classiques de réservation, grâce à Doctolib,  le médecin a perdu la maitrise de son agenda au détriment de son patient. Toutefois, s'il devait advenir que, de plus en plus, les médecins soient transformés en objets immédiatement consommables et non moins immédiatement jetables, cela ne manquerait pas d'entraîner un discrédit  non seulement sur les praticiens mais aussi sur la plateforme amenant les plus motivés à chercher d'autres modalités de mise en relation.