[La santé en chiffres] Pharmaciens : 203 officines en moins… en une année !

[La santé en chiffres] Pharmaciens : 203 officines en moins… en une année !
Florian_Cadu
Auteur Doctolab
Auteur Doctolab
  • 204 Mentions J'aime
  • 114 Réponses
  • 0 Solutions Acceptées

[La santé en chiffres] Pharmaciens : 203 officines en moins… en une année !

Les pharmacies auraient-elle profité de la crise sanitaire pour s’enrichir ? La réponse est non, malgré les idées reçues parfois véhiculées à ce sujet. En témoignent le nombre d’officines en nette baisse en France sur l’année 2021, et un chiffre d’affaires global qui peine à croître. Heureusement, des opportunités ont tout de même vu le jour avec le coronavirus.

 

0,2 %, c’est peu !

Le saviez-vous ? En France, le chiffre d’affaires du réseau des pharmacies n’a évolué que de 0,2 % entre 2019 et 2020 (d’après une étude Xerfi, alimentée par les statistiques de l’Insee). Pourtant, une crise sanitaire est passée par là. Elle aurait même, selon certaines idées reçues, permis aux officines de gagner en rentabilité. Une analyse trompeuse et fausse, au regard des différents chiffres portés sur le sujet : selon l’Ordre National des Pharmaciens, le nombre de praticiens inscrits à l’Ordre a diminué de 0,5 % en 2020 par rapport à 2019 et les nouvelles inscriptions ont chuté de 12,6 %. Surtout, 203 officines en moins ont été recensées en octobre 2021.

 

S’adapter contre la fatalité

De quoi baisser les bras, et laisser le désespoir s’installer ? Non, répondent bon nombre de professionnels ayant le goût de l'entrepreneuriat. “Je me suis installée il y a 4 ans, le 1er octobre 2017. Et depuis, nous essayons de mettre en place les nouvelles missions du pharmacien. Le défi, c'est de s'adapter aux évolutions de notre métier et de la société”, indique par exemple Marielle Caussarieu, pharmacienne à Mérignac. Même son de cloche du côté de Sébastien Kroener, un de ses confrères exerçant à Lyon : “C'est un beau métier, et il y a plein de nouvelles missions qui s’offrent à nous pour durer. La clé, c’est de s'adapter aux rendez-vous de la profession. Ça ouvre la porte à d'autres choses : carnets de consultation de cosmétiques, de micronutrition... Dès qu'il y a une nouvelle opportunité, il faut y aller ! Les tests Covid en sont un bon exemple. On ne peut pas prédire l'avenir, mais on peut adapter notre fonctionnement aux évolutions du système de soins.

  

Le numérique, arme de l’officine

S’adapter aux mouvances sociétales fait en effet ressurgir de nouvelles opportunités rentables et intéressantes pour le chiffre d’affaires d’une structure, les vaccins ou les tests Covid l’ayant démontré. Une enquête IPSOS datant de juillet 2021 certifie même que 77 % des Français se disent prêts à se faire vacciner en pharmacie, au-delà de la grippe et du coronavirus ! De plus en plus complet, le métier de pharmaciens est donc en train d’évoluer en même temps que l’enchaînement des actualités. Dans ce contexte, l’usage du numérique s’avère bien entendu indispensable et source de revenus. En particulier la prise de rendez-vous en ligne, au rôle accentué depuis le début de la pandémie. Auquelle il a fallu, et il faut encore, s’adapter.


cover2021-11-ebook-pharmaciens-entrepreneurs-600x535-1 (1).png

 

Dans cette étude, vous trouverez :

  • les bonnes façons de piloter votre officine vers la rentabilité ;
  • les défis que soulèvent la gestion d'équipe et l'exercice coordonné ;
  • les conseils de vos confrères pour digitaliser votre officine.

Accédez au contenu !

Les membres abonnés ont un accès illimité à nos contenus, ressources et événements

Vous utilisez déjà Doctolib Pro ?

Accédez au contenu

Vous n'utilisez pas encore Doctolib Pro ?

Téléchargez le contenu